"Nul n'a le droit d'effacer une page de l'histoire d'un peuple car un peuple sans histoire est un monde sans âme." Alain FOKA

Editor's Choice

Top Viewed Monthly

2- Angola: de la guerre d’indépendance à la guerre civile (3&4)

1975. Après plus de 400 ans de colonisation portugaise, l’heure de l’indépendance de l’Angola a sonné. Contrairement aux autres territoires où le colonisateur a placé un chef à la tête du jeune État au moment de l’accession à la souveraineté internationale, le Portugal a quitté le pays sur la pointe des pieds, laissant face à face les différents mouvements de libération qui le combattaient.

José Eduardo dos Santos et la domination coloniale portugaise (1&2)

Tandis que la plupart des colonies françaises et anglaises accèdent en cascade à l’indépendance en cette année 1960, dans l’Afrique portugaise rien ne bouge. L’administration coloniale durcit même le ton en Angola et réprime systématiquement et impitoyablement les nationalistes. Les principaux leaders comme Agostinho Neto sont arrêtés et déportés. Le jeune José Eduardo dos Santos travaille lui aussi clandestinement, parmi les étudiants, au renversement de la domination coloniale portugaise.

  • All
  • Season 1
  • Season 2
  • Season 3

5. Mamadou Dia, le retour

Depuis sa libération en 1974, sans jamais retrouver l’importance politique qu’il avait lors de l’indépendance, Mamadou Dia a continué depuis à jouer le rôle d’intellectuel et de figure morale.

4. L’arrestation de Mamadou Dia

Roland Colin accueille Mamadou Dia, au retour d’une mission à Paris. © Collection personnelle Roland Colin

3. Mamadou Dia, la brouille avec Léopold Sédar Senghor

De gauche à droite : Leopold Sedar Senghor et Mamadou Dia (1962)

2. Mamadou Dia et la Fédération du Mali

Léopold Sedar Senghor, le président du Sénégal et le président du Conseil, Mamadou Dia, le 5 septembre 1960, dans les rues de Dakar. © AFP

1. Mamadou Dia, l’enseignant

Mamadou Dia, Premier ministre sénégalais, pose le 13 juin 1959 au Palais d’Iéna à Paris, lors de la signature d’une convention entre la France et le Sénégal, concernant le statut des Français employés au Sénégal. © AFP

Ahmadou Ahidjo

Après plus d’un quart de siècle de pouvoir sans partage, il décide contre toute attente de céder son fauteuil.

Scroll to top