"Nul n'a le droit d'effacer une page de l'histoire d'un peuple car un peuple sans histoire est un monde sans âme." Alain FOKA

unita

4. Jonas Savimbi

Surnommé galo negro qui signifie le «coq noir», Jonas Savimbi est le principal fondateur en 1966 du mouvement politique et militaire UNITA, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola. Indépendance, révolution des œillets, élections, guerre civile… La vie de ce leader socialiste, pleine de rebondissements, s’arrête brutalement le 22 février 2002, lorsqu’il est tué par l’armée angolaise.

3. Jonas Savimbi

Surnommé galo negro qui signifie le «coq noir», Jonas Savimbi est le principal fondateur en 1966 du mouvement politique et militaire UNITA, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola. Indépendance, révolution des œillets, élections, guerre civile… La vie de ce leader socialiste, pleine de rebondissements, s’arrête brutalement le 22 février 2002, lorsqu’il est tué par l’armée angolaise.

2. Jonas Savimbi

Surnommé galo negro qui signifie le «coq noir», Jonas Savimbi est le principal fondateur en 1966 du mouvement politique et militaire UNITA, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola. Indépendance, révolution des œillets, élections, guerre civile… La vie de ce leader socialiste, pleine de rebondissements, s’arrête brutalement le 22 février 2002, lorsqu’il est tué par l’armée angolaise.

1. Jonas Savimbi, le rebelle intellectuel

Surnommé galo negro qui signifie le «coq noir», Jonas Savimbi est le principal fondateur en 1966 du mouvement politique et militaire UNITA, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola. Indépendance, révolution des œillets, élections, guerre civile… La vie de ce leader socialiste, pleine de rebondissements, s’arrête brutalement le 22 février 2002, lorsqu’il est tué par l’armée angolaise.

Jonas Savimbi

Surnommé galo negro qui signifie le «coq noir», Jonas Savimbi est le principal fondateur en 1966 du mouvement politique et militaire UNITA, l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola. Indépendance, révolution des œillets, élections, guerre civile... La vie de ce leader socialiste, pleine de rebondissements, s'arrête brutalement le 22 février 2002, lorsqu'il est tué par l'armée angolaise.
Scroll to top