"Nul n'a le droit d'effacer une page de l'histoire d'un peuple car un peuple sans histoire est un monde sans âme." Alain FOKA

Anais Ndedi

4. Jacques Foccart

Discret, petit, chauve, d’une élégance soignée mais classique, il n’y a pas d’équivalent dans la Vème République. Jacques Foccart n’a rien du baroudeur que l’on pourrait imaginer du fondateur, du Père de la Françafrique. La Françafrique, cette immense toile qui devait maintenir sous son giron l’Empire, dont avait besoin la France pour redevenir une grande puissance.

3. Jacques Foccart

Discret, petit, chauve, d’une élégance soignée mais classique, il n’y a pas d’équivalent dans la Vème République. Jacques Foccart n’a rien du baroudeur que l’on pourrait imaginer du fondateur, du Père de la Françafrique. La Françafrique, cette immense toile qui devait maintenir sous son giron l’Empire, dont avait besoin la France pour redevenir une grande puissance.

2. Jacques Foccart

Discret, petit, chauve, d’une élégance soignée mais classique, il n’y a pas d’équivalent dans la Vème République. Jacques Foccart n’a rien du baroudeur que l’on pourrait imaginer du fondateur, du Père de la Françafrique. La Françafrique, cette immense toile qui devait maintenir sous son giron l’Empire, dont avait besoin la France pour redevenir une grande puissance.

1. Jacques Foccart

Discret, petit, chauve, d’une élégance soignée mais classique, il n’y a pas d’équivalent dans la Vème République. Jacques Foccart n’a rien du baroudeur que l’on pourrait imaginer du fondateur, du Père de la Françafrique. La Françafrique, cette immense toile qui devait maintenir sous son giron l’Empire, dont avait besoin la France pour redevenir une grande puissance.

Jacques Foccart

Discret, petit, chauve, d'une élégance soignée mais classique, il n'y a pas d'équivalent dans la Vème République. Jacques Foccart n'a rien du baroudeur que l'on pourrait imaginer du fondateur, du Père de la Françafrique. La Françafrique, cette immense toile qui devait maintenir sous son giron l'Empire, dont avait besoin la France pour redevenir une grande puissance.

60 ans d’indépendance de la Guinée

Les Archives d'Afrique revisitent 60 ans d'indépendance de la Guinée.

Odumegwu Emeka Ojukwu

Une silhouette élancée et un visage assombri par une barbe à la Castro, Odumegwu Emeka Ojukwu proclame l'indépendance du Biafra le 30 mai 1967. Une décision qui va le faire connaître du monde entier, mais à quel prix ?

2. l’écrivain-conteur

« Ceux qui sont morts ne sont jamais partis. Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire et dans l’ombre qui s’épaissit. Les morts ne sont pas sous la terre. Ils sont dans l’arbre qui frémit, ils sont dans le bois qui gémit, ils sont dans l’eau qui coule, ils sont dans l’eau qui dort, ils sont dans la cave, ils sont dans la foule. Les morts ne sont pas morts. » Ces vers, tirés de « Les souffles », un des poèmes les plus célèbres du continent africain, sont ceux de l’écrivain sénégalais Birago Diop.

1. vétérinaire par accident

« Ceux qui sont morts ne sont jamais partis. Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire et dans l’ombre qui s’épaissit. Les morts ne sont pas sous la terre. Ils sont dans l’arbre qui frémit, ils sont dans le bois qui gémit, ils sont dans l’eau qui coule, ils sont dans l’eau qui dort, ils sont dans la cave, ils sont dans la foule. Les morts ne sont pas morts. » Ces vers, tirés de « Les souffles », un des poèmes les plus célèbres du continent africain, sont ceux de l’écrivain sénégalais Birago Diop.

Birago Diop

"Ceux qui sont morts ne sont jamais partis. Ils sont dans l'ombre qui s'éclaire et dans l'ombre qui s'épaissit. Les morts ne sont pas sous la terre. Ils sont dans l'arbre qui frémit, ils sont dans le bois qui gémit, ils sont dans l'eau qui coule, ils sont dans l'eau qui dort, ils sont dans la cave, ils sont dans la foule. Les morts ne sont pas morts." Ces vers, tirés de "Les souffles", un des poèmes les plus célèbres du continent africain, sont ceux de l'écrivain sénégalais Birago Diop.
Scroll to top